EN FR

ACCUEIL ›BLOGS

Paula Hidalgo-Sanchis de United Nations Global Pulse explique comment l'ONU peut aider l'IA en Afrique
-

25 Juin 2019
Paula Hidalgo-Sanchis, United Nations Global Pulse à l'atelier «Vers un réseau d'excellence en intelligence artificielle pour le développement (AI4D) en Afrique subsaharienne», Nairobi, Kenya, avril 2019

Sur quoi travaillez-vous en ce moment?

Je m'appelle Paula Hidalgo-Sanchis. Je travaille en tant que directeur du Pulse Lab Kampala, qui est l'un des trois laboratoires du réseau UN Global Pulse.

Comment percevez-vous le développement et l'intelligence artificielle?

Les technologies de pointe de l'IA, en général, peuvent faire à l'Afrique ce qu'elles peuvent faire à n'importe quel autre endroit du monde à l'heure actuelle. C'est comme ça que je le vois. Je pense que les défis de notre époque, les défis qui se reflètent sur les ODD, sur les dix-sept ODD, reflètent la fragilité des sociétés et de l'environnement de nos jours sur terre. Je pense que nous avons besoin de nouvelles façons de faire les choses, et les technologies de pointe, y compris l'IA, nous offrent des possibilités de voir les choses différemment et de faire les choses différemment.

Quel est votre projet de ciel bleu en Afrique?

Ce que je voudrais commencer à faire, c'est étendre nombre des nombreux projets pilotes qui ont eu lieu en Afrique ces dernières années. Il y a eu des projets pilotes très réussis menés à petite échelle parce que le soutien et le financement de ces projets pilotes étaient si limités, mais la technologie a été développée et s'est avérée utile pour bien des choses. Soutenir la réponse aux maladies infectieuses, soutenir l'intégration des statistiques officielles de manière alternative, soutenir l'intégration de la voix des gens, pendant que nous menons des processus de développement pour eux.

Bon nombre de ces technologies intégrées de projet sont maintenant disponibles. La mise à l'échelle des outils technologiques qui ont été développés en partenariat, à de nombreuses reprises par le secteur privé, le secteur public et le monde universitaire, se poursuit avec ce partenariat, amenant également la société civile à la question. Mais je pense que vraiment le secret est de mettre à l'échelle ce qui a fonctionné, avec le bon partenariat et avec inclusivité en termes de partenariat.