EN FR

ACCUEIL ›BLOGS

Kathleen Siminyu de Africa's Talking on Women in African AI
-

18 Septembre 2019
Visionner la vidéo de Kathleen Siminyu, Africa's Talking at the workshop «Toward a Network of Excellence in Artificial Intelligence for Development (AI4D) in sub-saharan Africa», Nairobi, Kenya, avril 2019

Sur quoi travailles-tu?

Je m'appelle Kathleen Siminyu, j'ai une formation en mathématiques et en informatique, et à partir de là, je l'ai intégrée à la science des données. Donc, je suis un data scientist dans une société appelée Africa Talking. C'est une sorte de travail qui paie les factures, mais je porte quelques autres casquettes. Je travaille beaucoup avec la création de communautés d'apprentissage automatique, donc je dirige la communauté Nairobi Women in Machine Learning and Data Science ici à Nairobi. Ensuite, je travaille également avec Deep Learning Indaba, une vaste organisation qui travaille avec des communautés à travers le continent. D'accord. IA et développement.

Comment percevez-vous le développement et l'intelligence artificielle?

Je pense qu'en particulier en Afrique, nous avons beaucoup de problèmes, donc il y a beaucoup de développement à faire. Il y a les voies qui ont été tracées, comme l'industrialisation est la façon dont les pays apparaissent, puis l'IA apporte un tout autre aspect, c'est ainsi que nous nous sommes retrouvés dans cette ère de l'intelligence artificielle.

Je pense que cela nous donne la possibilité de transformer beaucoup de choses et de ne pas nécessairement suivre la voie tracée par la manière dont d'autres sociétés et pays sont apparus. Je suis vraiment enthousiasmé par l'IA et le développement. Je pense que le besoin de développement rend l'IA encore plus excitante pour nous.

Quel est votre projet de ciel bleu en Afrique?

Eh bien, mon projet favori en ce moment est la PNL. Je vais simplement y aller. La raison pour laquelle je pense que la PNL pour les langues africaines est très importante, cela vous donne la possibilité d'atteindre l'individu. Je pourrais être ici avec tout mon anglais, mais je ne suis pas l'Africain moyen.

L'Africain moyen est dans un village quelque part et ils parlent leur langue maternelle et ils peuvent communiquer et ils peuvent fonctionner dans leur vie avec cela. Mais cet Africain moyen n'est pas en mesure de participer à l'économie numérique. Et ce n'est pas parce qu'ils sont stupides, ils peuvent être analphabètes, mais ils peuvent parler, ils peuvent comprendre, ils peuvent penser.

Si nous pouvions simplement leur parler, je pense que les opportunités sont illimitées. Ce n'est pas que la technologie n'existe pas, parce qu'elle existe. Nous avons Siri, et vous lui donnez un ordre, vous lui posez une question et il vous répond. La technologie existe, nous avons juste besoin qu'elle soit appliquée dans ce contexte. Une fois que nous avons cela, nous pouvons entrer dans les soins de santé, nous pouvons entrer dans l'éducation, nous pouvons entrer dans l'agriculture. Tellement d'opportunités.

Je pense que la langue est la première chose que nous devons déchiffrer. Alors, je dirais, débloquons la langue puis débloquons l'Afrique.