EN FR

ACCUEIL ›BLOGS

Prateek Sibal de l'UNESCO et politique en matière d'intelligence artificielle
-

1 Septembre 2019
Prateek Sibal, UNESCO à l'atelier «Vers un réseau d'excellence en intelligence artificielle pour le développement (AI4D) en Afrique subsaharienne», Nairobi, Kenya, avril 2019

Sur quoi travaillez-vous en ce moment?

Je m'appelle Prateek, je suis chercheur en politiques, j'ai étudié l'économie et les politiques publiques et je travaille maintenant à l'intersection de la technologie, des politiques et de la société. Certaines des choses que nous essayons de comprendre sont la manière dont la technologie influence les droits de l'homme, l'accès à l'information, l'ouverture à l'information et comment la gouvernance de l'IA et d'autres technologies émergentes évolue dans le monde.

Comment percevez-vous le développement et l'intelligence artificielle?

Je pense que c'est plutôt intéressant de voir comment l'IA alimente le développement et comment le développement utilise l'IA, je pense que c'est dans les deux sens. Mais au cœur du problème, il y a les gens. Nous devons être conscients qu'il existe une fracture numérique importante dans ce monde et qu'il y a beaucoup de gens qui ne sont toujours pas en ligne.

Même si nous parlons de développement dans les discussions que nous avons eues aujourd'hui, il y a tellement de problèmes qui émergent, nous parlons d'apprentissage en ligne, mais Internet est si cher dans certains pays, ils doivent donc utiliser WhatsApp.

Il y a des défis très fondamentaux dans le développement que nous devons relever, en collaboration avec les communautés et en étant informés sur leur façon de faire les choses. Je pense que c'est extrêmement important alors que nous poursuivons l'élaboration du programme d'IA et de développement.

Quel est votre projet de ciel bleu en Afrique?

Je pense que nous devons tous nous concentrer sur la capacité humaine, et les pays en développement ont tellement besoin de briser ce fossé, de renforcer les capacités pour aider les gouvernements à élaborer des politiques pour soutenir les centres de recherche et cela aura un effet d'entraînement. . C’est quelque chose qui ne peut pas se produire du jour au lendemain et, par conséquent, le renforcement des capacités de développement est la clé, je pense, si nous devons aller de l’avant dans ce domaine.