EN FR

ACCUEIL ›BLOGS

Naser Faruqui du CRDI discute de l'IA et de son impact sur le développement
-

April 15, 2019
Visionner la vidéo de Naser Faruqui, CRDI, lors de l'atelier «Vers un réseau d'excellence en intelligence artificielle pour le développement (AI4D) en Afrique subsaharienne», Nairobi, Kenya, avril 2019

Sur quoi travaillez-vous en ce moment?

Je m'appelle Naser Faruqui, je suis directeur de la technologie et de l'innovation pour le centre de recherche pour le développement international. Nous soutenons la science et l'innovation dans les pays en développement, pour aider les scientifiques et les innovateurs à résoudre leurs propres problèmes qu'ils définissent.

Mon expérience est en fait l'ingénierie de l'eau, j'ai conçu des usines de traitement de l'eau et des systèmes d'irrigation et de l'énergie hydroélectrique et lorsque j'ai rejoint le CRDI après avoir travaillé dans le secteur privé, je me suis concentré sur des projets de gestion de l'eau au Moyen-Orient et en Asie, puis je me suis installé dans ce technologie et innovation. Ce que je fais en ce moment, c'est exécuter un programme là-dessus.

Comment percevez-vous le développement et l'intelligence artificielle?

J'imagine que j'y pense en termes de sorte de perturbation technologique. La confluence des mégadonnées, des ordinateurs plus puissants, de l'apprentissage automatique, etc., a créé un point de basculement où nous avons maintenant des applications vraiment puissantes.

Certes, en matière de développement, je pense qu'il existe des opportunités dans le domaine de la santé, de l'éducation, de l'agriculture, même pour les personnes à faible revenu.

Si vous pouvez améliorer la qualité d'un petit agriculteur, alors c'est un avantage si vous pouvez diagnostiquer la maladie de ses cultures ou de sa seule vache, cela peut vraiment affecter ses moyens de subsistance, donc j'y vois en fait beaucoup d'aspects de développement. Tant que nous soutenons cela, parce que le marché peut ne pas y aller.

Quel est votre projet de ciel bleu en Afrique?

Le projet ciel bleu garantit vraiment que les Africains peuvent pleinement contribuer et participer et profiter des opportunités potentielles dans l'intelligence artificielle ainsi que dans les discussions mondiales et les discussions locales sur la manière d'atténuer les risques. Le projet ciel bleu renforce la capacité des institutions sur le terrain en Afrique à participer.

Avez-vous aimé l'atelier de Nairobi?

Oui, je pense que l'atelier a été fantastique. Il a réuni un groupe très diversifié d'intervenants qui viennent avec des points de vue différents, qui ont débattu et qui n'ont pas encore un consensus complet et c'est exactement ce à quoi nous nous attendions à ce stade. Mais il y a beaucoup de passion et il y a un alignement général sur les choses que nous voulons faire et l'innovation et le renforcement des capacités dans la recherche et la politique. J'ai été vraiment très satisfait de l'atelier.

Avez-vous un one-liner pour nous? Y a-t-il un one-liner, y a-t-il un slogan que vous avez en tête que vous pouvez partager avec nous?

Je pense que son IA pour de bon, c'est maximiser les avantages et atténuer les risques. Le train a quitté la gare et nous devons le prendre mais nous assurer qu'il arrive à destination en aidant le plus de gens possible et en blessant le moins de monde possible.